*

dimanche 31 août 2008

Être manager ?


Appelé aussi Assistant de direction, au côté de responsable opérationnel confirmé et de directeur adjoint, il est à la fois opérationnel sur le terrain et gestionnaire pour le restaurant. Il assure le bon fonctionnement du restaurant et la satisfaction des clients à 100%. Il a également la responsabilité de l'ouverture comme de la fermeture du restaurant ainsi que les tâches quotidiennes qui en découlent.


Définition par trouvée sur le Blog de Sylvain, que je vous conseille !
La proposition arrive généralement quand il y a départs de certains ou quand les besoins s'agrandissent, ou encore quand certains managers sont trop nuls...
Si pour être formateur je n’ai jamais vu de recrutement externe, il en est tout autrement pour ce poste, ce fût même une politique. Il fût un temps dans mon restaurant de ne recrutait que des managers à l'extérieur ( et cela a changé vu le taux d'échec des managers recrutés en externe)


Les avantages :
  • Une nouvelle chemise, blanche ( ou autre), bien plus classe que la tenue équipier…
  • Un CV avec une valeur ajoutée
  • Des responsabilités, des vraies ! C’est une équipe là qu’il faudra gérer, un restaurant à faire tourner
  • Le pouvoir de se trimballer avec sa bouteille de Perrier sans que personne ne vous le reproche (vous n’aimez pas le Perrier ? devenez manager et bizarrement vous deviendrez un adepte des petites bulles, c’est comme ça, c’est la loi du management)
  • La célébrité ! Votre nom dans toutes les bouches équipières « machin, y a pu de chooocolaaat ! » « Machin ! y a un client qui est tombé dans les vapes ! » « Machin, y a plus de boissons, la prod est froide, y a un groupe de 40 qui vient d’arriver et je peux dépointer ? »
  • Le salaire… mais pas tout de suite. Les 35 heures vous rapporteront un smic meilleur que celui de vos 20 heures, mais il faudra passer ces fameux examens de managers pour oser prétendre a plus de 1200 euros par mois.
Les avantages vus par Sylvain :
• je suis plus indépendant dans mon travail, plus libre de prendre des décisions • je travail sur des périodes plus longues en ayant des pauses minimalistes (ce n'est pas ironique) • encore plus de responsabilités, je dois donc encore augmenter mon niveau d'exigence envers moi même • ma marge de progression est bien plus importante : il y a des centaines de choses que je ne sais pas faire et que je peux apprendre • on n'attend plus de choses de moi, certaines personnes croient en moi et je me dois de leur prouver qu'elles ont raison • j'ai plus de gens sous ma responsabilité que de personnes au-dessus de moi

Les désavantages
  • Les directeurs sur le dos… Pire encore, le grand grand directeur..
  • Les horaires ! Fini le temps ou vous aviez votre petit horaire de 3 heures et que la journée se finissez… deux blocs massifs de 5 heures chacun avec une ridicule pause d’une demi-heure ou votre célébrité vous ramène sans cesse sur le terrain, même dépointé « Machin, y a un client qui est rentré dans le restau il veut tous nous frapper ! Je suis en pause ! (Bien tenté, mais le mot pause ne veut plus dire grand-chose… Chez vous, peut-être, vous aurez le droit de paix…) »
  • La responsabilité… Et oui, déjà qu’on vous attribuez pas mal d’erreurs, à présent, tout est de votre faute. Une équipe ayant la ferme intention de faire des heures sup (ou de glander en gagnant de l’argent) peut mettre un temps infini à faire la close, des gens dépointés à 3 heures du matin, des erreurs de pointage, c’est vous le problème.
  • La soumission à l'enseigne devient obligatoire… Les managers s’en sortant le mieux concernant ce point, sont ceux pour qui le resto n’est pas la priorité (ceux étudiants, ceux ayant une famille) ou ceux qui ont encore les idées claires. Le second degré, voilà le grand pari du manager aimé, qu’il ne devienne pas le système qu’il sert.
  • Les équipiers révoltés indomptables… Entre les jaloux de votre fulgurante montée, ceux qui ont toujours eut l’habitude de saboter le boulot, les étudiants en droit détectant le moindre écart à la vitesse de l’éclair… pire encore, les plus doués que vous, vous humiliant devant les autres équipiers par leur savoir plus grand, et pire de chez pire, les syndiqués… (hé, hé, de ceux-là, je les aime bien…)
Bon courage !
Comment accéder à cet ultime poste ?

Voilà des petits conseils trouvés toujours sur le blog de sylvain :
C'est une question très compliquée, car tous les macdos sont différents et toutes les équipes de gestion et les directeurs le sont aussi. Si j'étais toi la première chose que je ferais (et tu as l'air de déjà t'y être mis) c'est de te mettre au niveau des managers de ton macdo en ce qui concerne les normes, le respect des règles, ... Il faut que tu montres que tu es au niveau et que tu as les capacités, cela ne sert à rien de demander à passer manager si à côté tu travailles comme un équipier. Ensuite en ce qui concerne la lettre je pense qu'il faut que tu sois le plus naturel possible et qu'elle corresponde le plus possible à la réalité. Personnellement je ferais un plan comme ça :
• Pourquoi j'aime mon travail
• Pourquoi j'aime être équipier
• Expliquer les limites de ton rôle d'équipier
• Expliquer en quoi ces limites font qu'aujourd'hui tu te sens prêt à faire les efforts nécessaires pour devenir manager
• En quoi le fait de passer manager te permettrait d'évoluer professionnellement
• Expliquer que tu sens impliqué dans le restaurant

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Personnellement, je suis instructeure d'Équipier, et j'habite au Québec. Une chef de quart vient de partir. Je ne sais pas si je dois faire une lettre, j'en ai aucune idée... mais en bref, je suis quelqu'un qui aide toujours, qui fait des taches secondaires quand meme importante, je me démarque du lot, j'ai même été employée de l'année 2010, j'en suis très fière mais j'ai l'impression que je ne connais pas tout et c'est ça qui me fait peur... Tsé... je suis très patiente, à l'école, satisfait le client toujours à 100%, 50 clients à l'heure ( je travaille dans un centre commercial )... puis j'aimerais vraiment ça le devenir mais je n'ose pas m'imposer, et pourtant, je crois avoir atteint le maximum de mes capacités en tant que chef d'équipe... c'est juste que je ne veux pas me prendre pour un manager parce que je n'en suis pas un...

Qu'est-ce que tu me conseille ?

Anta a dit…

Si tu as envie de devenir Manager ( chef de quart comme on a l'air de dire chez toi ) n'hésites pas, fais une lettre, essaye d'en discuter avec des responsables avec qui t'entends bien. Il faut que la direction soit au courant de tes ambitions. Je ne sais pas comment fonctionne les restaurants au Quebec, mais je sais qu'en France ce ne sont pas forcément les "meilleurs" employés qui obtiennent les postes à responsabilités car ils sont trop essentiels à leur poste actuel et c'est parfois ceux qui sont le plus autoritaires ou ceux qui sont les plus intransigeants sur les normes avec les autres ( ce que je ne cautionne pas forcément d'ailleurs ).
En tout cas je suis étonnée, je pensais que le titre "employée de l'année" n'existais plus nulle part, de même je trouve étonnant que vous comptiez le nombre de client fait à l'heure ( nous, on se réfère au chiffre d'affaire ). comme quoi, il y a pas mal de différences, c'est pourquoi il se peut que les promotions se déroulent très différemment chez toi ? Essaye peut être d'analyser comment les autres sont devenus chef de quart ? comment ils se comportaient, leurs compétences etc... Bon courage ! tiens moi au courant.

tilazin ismail a dit…

Bonjour , jr suis équipier chez MacDo, j'espère d'être formateur ،est ce que vous pouvait m'aide,j'ai besoin des fichiers (fcs ,fcq,fch ) et des exemples des examens ou d'autres choses
Merci d'avance

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...